Éleuthère

Olivier Sedeyn Yoga, Chant, Vers la Sagesse

Qu’est-ce que le hatha yoga ?

Le hatha yoga est une manière très pénétrante et très précise, très « scientifique » (au sens de l’observation neutre, sans aucun parti pris), de conserver et recouvrer la santé, de détendre et d’apaiser le corps et le mental. On le considère comme consistant principalement en exercices physiques, et assurément, le hatha yoga donne un corps sain et un mental concentré, mais son but est bien plus élevé encore. 

         Les postures et les exercices respiratoires calment le système nerveux et éliminent les tensions du corps et du mental. Ils sont d’une importance vitale, mais nous ne devons pas nous arrêter là. Nous devons aller plus loin, plus profond et accéder au trésor qui se trouve enfoui au plus profond de nous, la réalisation de soi, la connaissance de soi, la réalisation du soi, la connaissance du soi. 

         Les postures plus ou moins simples et la régulation du souffle sont des instruments efficaces pour se concentrer et méditer. Celui qui pratique la méditation régulièrement après les asanas et le prânâyâma peut le comprendre. 

         La Gheranda Samhita énumère de la manière suivante les sept buts du hatha yoga: 1) la purification par six pratiques (dhauti, nettoyages de l’estomac, de la bouche, de la poitrine, du rectum ; vasti, les lavements ; neti, le lavage du nez ; laulikî, le barattage du ventre ; trataka, la fixation du regard ; kapalabhâti, les expectorations) ; 2) la fermeté par la pratique des asanas ; 3) la stabilité par la pratique des mudras ; 4) le courage et la patience par la pratique de l’intériorisation du mental et des sens ; 5) la légèreté par la régulation de la force vitale ; 6) la réalisation de soi par la méditation ; et 7) la libération de tout esclavage par l’expérience directe de la conscience cosmique ou universelle (ou de la conscience qui est au-delà de « ma » conscience) ou samâdhi

         Les textes déclarent que le pratiquant du hatha yoga parviendra à maîtriser la vieillesse et la mort. Mais il ne faut pas confondre cette conquête avec l’immorta­lité physique, et ce n’est pas non plus la promesse d’une jeunesse éternelle. C’est la découverte de ce qui ne peut ni vieillir ni mourir en chacun de nous. 

         Le hatha yoga permet de découvrir la santé et de contacter le divin en nous. C’est un état intérieur sans aucune division, où l’on éprouve un équilibre parfait et l’harmonie. Cette unité ou harmonie ne règne pas seulement en moi, mais dans mes relations avec les autres et avec l’ensemble de ce qui est. 

         Il est impossible de définir parfaitement la santé (il en est de même pour la paix, la béatitude, l’amour et dieu). Décrire la santé, ce n’est pas être sain. La santé doit être découverte et éprouvée. Et il faut encore découvrir la paix, l’amour et la félicité. Le hatha yoga est une voie et une technique pour cela. 

         En pratiquant le hatha yoga, nous travaillons simultanément sur deux plans : sur le corps physique et sur le corps subtil. Le corps physique est matériel, le corps subtil est une combinaison de l’énergie et de l’intelligence qui sont dans le corps physique et qui l’animent. La « découverte » de la santé s’effectue sur le plan du corps physique par l’élimination des toxines qui polluent les cellules du corps. La « découverte » de la paix au plan subtil révèle l’intelligence mystérieuse et puissante qui mobilise la force vitale afin d’animer le corps physique et de lui permettre d’accomplir toutes ses fonctions. 

         Les postures les plus simples, comme le fait de se tenir en équilibre sur un seul pied, ne s’appuient pas seulement sur le travail musculaire. Si l’on se met dans une telle posture avec une grande attention intérieure, on sent immédiatement l’action de l’intelligence répandue dans tout notre corps, qui s’active immédiatement pour rétablir notre équilibre à chaque fois qu’il est menacé. Il est clair que l’intelligence est là, derrière le « moi » (le sens de l’ego) et qu’elle intervient en cas de besoin. La découverte de l’intelligence — et la réalisation instantanée de sa puissance et de son efficacité inimaginables — nous permet de conquérir la vieillesse et la mort, l’inquiétude et l’angoisse. Cette intelligence qui est en nous sait ce qu’il faut faire et comment le faire. 

         L’aspect physique du hatha yoga lui-même vise à travailler plus sur les organes vitaux internes que sur les muscles de surface. La santé du corps dépend dans une large mesure de la santé du système nerveux et du système endocrinien. Elle s’acquiert et se conserve en faisant en sorte que la force vitale ou prâna circule librement dans les organes sans blocage ni précipitation. Si la pression du prâna est régulière et harmonieuse, le corps et le mental fonctionnent bien. 

         Le prâna est la vie. C’est la puissance du souffle de vie. Il est par rapport aux nerfs et au corps comme le courant électrique par rapport aux câbles. On ne voit pas le courant électrique, mais on voit la lumière des lampes, et on constate son action dans tous les appareils électriques. On ne peut pas voir le prâna, mais l’on voit ce qu’opère le prâna dans les innombrables fonctions qui s’accomplissent dans notre corps. 

         Le prâna circule dans des nâdis qui sont comme des ondes lumineuses ou des ondes sonores. Si le prâna circule librement, vous vous sentez vivant, joyeux, heureux, paisible, optimiste et actif ; et vous relevez les défis de la vie avec enthousiasme et confiance. 

         Le travail du hatha yoga sur le corps nourrit et stimule les racines de la santé intérieure, afin d’augmenter les pouvoirs de résistance et d’endurance de la personne. On éprouve alors un sentiment de bien-être. Ce travail permet de prévenir les maladies et favorise hautement le recouvrement de la santé. 

         Tout en se concentrant sur les glandes endocrines, le hatha yoga renforce les nerfs en travaillant sur le cerveau et sur la colonne vertébrale dont émanent les nerfs. Les glandes, le cerveau et la colonne vertébrale font par conséquent l’objet de l’atten­tion principale, bien que nous accordions aussi de l’attention à certains viscères internes, spécia­lement ceux liés à la digestion. 

         Mais pour le pratiquant sérieux, les glandes, les nerfs et le système digestif ne sont pas le plus important, et son but n’est pas de les renforcer. Il concentre son attention sur les nâdis et les chakras (que l’on associe aux nerfs et aux glandes) et sur le plexus solaire ou sur le feu gastrique. Son but est de purifier ces nâdis. Lorsqu’ils sont purifiés, ils sont forts, puissants, et ils jouent bien leur rôle en répan­dant les bienfaits du prâna dans le corps et dans le mental. 

Navigation dans un article

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :