Éleuthère

Olivier Sedeyn Yoga, Chant, Vers la Sagesse

Les stages de philosophie à Éleuthère

Les stages de philosophie à Éleuthère

Dans l’appréhension et l’étude des grands textes, nous avons trop souvent perdu le sens de la continuité et de l’approfondissement. A l’école, et même à l’université, nous étudions un texte par partie, par extraits, dans la négligence nécessaire de l’ensemble du livre ; ici nous optons résolument pour une lecture complète et commune, partagée. Par ailleurs, l’enseignement est, en France et peut-être dans l’ensemble du monde occidental aujourd’hui, strictement spirituel ou intellectuel. Or la pensée, la mémoire, la lecture (et surtout à haute voix) impliquent le corps qui peut être un instrument efficace de réflexion et d’apprentissage, de compréhension et d’intelligence sensible de la pensée. Lorsque nous comprenons et que nous connaissons véritablement une pensée, elle s’est incarnée en nous, elle est d’une certaine étrange manière, « passée dans notre corps ».

Nous nous efforcerons dans nos stages de vivre la philosophie dans le corps du texte et « dans le texte du corps » : dans chaque stage, nous nous efforcerons de vivre le texte, d’abord en le lisant et en le commentant collectivement et par petits groupes, puis en le vivant dans notre corps, par des postures, des méditations à partir du texte, des exercices de poursuite en soi de la réflexion écrite, des exercices et des jeux. Beaucoup de plaisir à attendre, pas seulement « intellectuel » donc (mais aussi intellectuel au vrai et bon sens du mot), et peut-être, la découverte d’une espèce de « véritable amitié ».

Les membres de l’Académie de Platon se saluaient en disant : « Ami » (phile). Il faut donc entre nous de la douceur (praotès en grec), avec l’exigence et l’effort de comprendre et de partager, et cela est inséparable d’une formation humaine morale et politique, de l’idéal de la eleutheria paideia c’est-à-dire de l’éducation de l’homme libre ou de l’éducation à la liberté, mais aussi à la vertu de l’honnête homme, de l’homme accompli, la kalokagathia.

Le kalos kagathos est l’homme « beau et bon », ou, dans notre monde européen moderne, le « gentilhomme », qui manifeste de la « gentillesse », c’est-à-dire de la douceur et de l’amabilité sans mièvrerie ni timidité. Est-ce un spécimen humain qui a complètement disparu ? Notre espoir et notre foi est qu’il est toujours là et notre volonté est de le rappeler et, dans la mesure où nous le pouvons, de lui redonner du crédit. Cette douceur est celle de l’homme « honnête » et aussi de l’homme « courtois » et qui est sous-entendue dans les expressions de gentleman, de gentilhomme, d’hidalgo (qui n’est pas seulement « fils de quelqu’un qui est quelque chose »).

Les stages sont animés par Olivier Sedeyn, professeur agrégé de philosophie, ancien élève de l’ENS, traducteur et présentateur de plus d’une vingtaine d’ouvrages de philosophie.

Ceux qui sont intéressés peuvent prendre contact avec lui : osedeyn@gmail.com.

 

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :